Skip to content

Menu

Les défenseurs des droits humains appellent à rejeter l’Accord UE-Vietnam !

© ILO/Nguyễn ViệtThanh – (CC BY-NC-ND 2.0)

Les élections européennes ne sont pas encore terminées que nous préparons déjà les prochaines batailles.

Plusieurs accords de commerce et d’investissement avec des pays qui ont un bilan épouvantable en matière de droits humains sont à l’ordre du jour du nouveau Parlement. Le prochain concerne le Vietnam, régime autoritaire qui bafoue un certain nombre de droits humains et de libertés individuelles. Les gouvernements de l’UE prévoient d’entériner l’accord en juin. Ce sera alors le premier accord au menu du Parlement européen nouvellement élu.

Contenant des super-droits pour les multinationales, cet accord ne fait rien pour mettre fin à leur impunité, et ne bénéficiera ni aux citoyens ni à l’environnement. Malgré de nombreuses déclarations, la situation des droits de l’Homme au Vietnam, loin de s’améliorer, s’est détériorée depuis la fin des négociations.

Le Vietnam dispose en effet de un code pénal parmi les plus répressifs de la région, avec des dispositions régulièrement utilisées par le régime pour emprisonner celles et ceux qui critiquent pacifiquement le gouvernement, qu’ils soient blogueurs, chefs religieux, militants des droits des travailleurs, environnementalistes ou défenseurs des droits humains. Le gouvernement possède ou contrôle étroitement tous les médias, censure l’Internet et punit l’expression de la dissidence en ligne. Les syndicats indépendants ne sont pas autorisés à exercer leurs activités, et l’essentiel des engagements pris dans le passé visant à ratifier plusieurs conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) n’ont toujours pas été tenus. Enfin, le pouvoir judiciaire n’est pas indépendant.

Des ONG de défense des droits humains, comme Human Rights Watch, ont ainsi demandé que la ratification de l’accord UE-Vietnam soit reportée jusqu’à ce que la répression du gouvernement en matière de droits de l’homme cesse.

Au lieu de fermer les yeux sur les violations des droits humains au Vietnam, les dirigeants de l’UE et les députés européens nouvellement élus devraient mettre de l’ordre dans leurs priorités et arrêter immédiatement le processus de ratification. La finalisation d’un tel accord reviendrait à faire un cadeau aux coupables de ces violations des droits humains. Il donnerait par ailleurs plus de pouvoir aux entreprises, qui bénéficient déjà de conditions de travail qui répriment les travailleurs. Ce serait aussi une victoire politique pour le gouvernement vietnamien.

Le mois prochain, nous vous demanderons de nous aider à informer les députés européens nouvellement élus des accords à venir avec un certain nombre de pays où la situation des droits humains est alarmante. Pour n’en nommer que quelques-uns : Vietnam, Philippines et le Brésil de Jair Bolsonaro. Restez à l’écoute.

En savoir plus :